Défense de l’environnement 212 tués en 2019

L’ONG   Global Witness  fait état de 212 morts dans le monde en 2019 liés à la défense de l’environnement .  Les victimes , hommes et femmes s’opposaient au développement d’industries minières , agro alimentaires ou forestières .                                          ( Colombie , Brésil , Indonésie.. ) .

Non chiffré  :  les manœuvres et les  intimidations  pour réaliser les projets financiers..

Lettre du 20 JUIN 2020

Le virus   –     A ce jour il aura tué des centaines de milliers de personnes  , arrêté l’économie du monde , coûté des milliers de milliards de dollars , modifié les façons de vivre , de penser , de se comporter , d’anticiper des milliards d’individus mais il aura surtout révélé l’extrême fragilité de nos systèmes sociétaux et rappelé la nature des valeurs essentielles .

La fonte du permafrost –  En Russie la lente fonte du permafrost a provoqué l’effondrement des sols entrainant la destruction de réservoirs de fuel , celui-ci s’est répandu et a atteint l’Arctique risquant de provoquer une pollution ingérable .Toutes les infrastructures de ces régions sont en péril ; ponts ,routes , communications , pipe lines , constructions mais aussi implantations humaines , équilibres physiques et  biologiques.

La libération des gaz prisonniers du sol gelé  va contribuer au réchauffement de la planète qui accélèrera en profondeur la fonte du permafrost..phénomènes et cycles incontrôlables .

Cette situation ne semble pas infléchir les objectifs des cinq pays qui entourent le pôle et qui mettent à profit ces changements pour développer recherches et exploitations des ressources pétrolières et minières et de demander l’ extension de zones économiques exclusives nouvelles .

La fonte de la banquise – La fonte de la banquise et de la calotte glaciaire va permettre l’apparition et l’utilisation en toutes saisons de nouvelles voies de communication maritimes et terrestres . Les réductions de temps et de coût de transport ( de 25 à 45%)  notamment par le détroit de Béring modifieront l’utilisation et la fréquentation des canaux de Suez et de Panama ainsi que l’équilibre économique de ces régions..

Le constat – Ces  changements irréversibles  sont le fait de la volonté et de l’activité humaine , la nature saturée , appauvrie ou en survie à ses lois et ne pourra pas s’adapter , c’est à nous de faire des choix .

 

ARCTIQUE, ANTARCTIQUE..

ARCTIQUE       la ruée ?

Le réchauffement climatique convient à certains .

L’augmentation de la température fait fondre les glaces et le permafrost , d’immenses étendues prisonnières du gel apparaissent , des passages vont s’ouvrir diminuant les coûts de transport de marchandises en provenance de l’Asie, des terres vierges seront mises en valeur..les sous sols qui renferment d’ énormes richesses minières et pétrolières seront exploitées  et les sols libérés autoriseront une agriculture intensive .

Ces activités produiront une pollution nouvelle qui contribuera à l’augmentation du  réchauffement  actuel. Les pays voisins ; Russie ,Etats Unis , Norvège ,Canada  , Danemark  qui possèdent déjà des zones économiques exclusives (ZEE) et des implantations stratégiques revendiquent de nouvelles zones et territoires . Les Etats Unis après avoir acheté l’Alaska aux Russes en 1867 ont dernièrement proposé au Danemark l’achat du Groënland ! Une course -compétition pour la maîtrise de cette partie de la planète a lieu en silence alors que la fonte du permafrost libère gaz et organismes néfastes.

Croissance contre planète ?

 

AUTRUCHES

L’Australie brûle , les  glaciers fondent , les pôles rétrécissent , les cailloux remplacent la neige ,les inondations s’intensifient , la déforestation progresse ,les populations se déplacent ..   mais il sera construit 30 000 avions de plus dans les vingt ans à venir , le parc automobile doublera et nous serons 2 milliards d’habitants de   plus à répartir sur les zones épargnées par le changement climatique que l’activité humaine génère .       Valeurs  et analyses tourbillonnent ,   les gouvernances se dérobent et agitent derrière des façades l’argument économique dont le maintien justifie l’ immobilisme . Certains font de la défense de la nature un tremplin personnel ,politique ou idéologique . Regardons tous les réalités dont nous devons tirer les conséquences, dans la mesure de nos moyens infléchissons nos comportements de déplacements ,de consommation, de loisirs .        Anticiper ou subir.

Dominique Maschino

Rapport de l’O N U …novembre 2019.

L’ONU  vient de publier un nouveau rapport constatant que les objectifs visant à enrayer le réchauffement climatique ne seraient  pas atteints .  Malgré des décennies d’alertes cette situation devient irréversible . Les mesures de transition et leurs applications sont rapidement dépassées.    Pour satisfaire les populations la course à la croissance et à  la consommation continue générant ainsi plus de pollutions ,plus de déséquilibres ,plus de dérèglements tant physiques qu’humains .

Le sursaut ne peut venir que d’une prise de conscience individuelle et collective de la gravité du constat.  Habitudes et comportements doivent se modifier , se contrôler et  s’adapter aux réalités.  Répartitions , partages et « covoiturage de la vie « seront inévitables ,les convictions , les idéologies et les pouvoirs devront tenir compte du fonctionnement mathématique de la nature et faire de sa sauvegarde leur priorité.

Il y a un siècle Albert Einstein disait déjà que l’homme s’écartait trop de la nature et que le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui regardent sans rien faire..

Passivité et inaction  devant  l’ampleur du danger s’apparentent au crime contre l’humanité..

 

Dominique.Y.Maschino   Président de Vigie World.

BASCULEMENT

Après plus de cinquante ans de constats et de mise en garde des scientifiques , des intellectuels , et des philosophes le mot de   »  BASCULEMENT  » vient d’être prononcé par le président Français  Emmanuel Macron .

L’Amazonie en feu aura été le déclic d’une prise de conscience mondiale de l’urgence et de l’étendue des mesures à prendre pour enrayer la mise en péril de la planète et de ses habitants par des systèmes d’exploitation et de production dangereux et dépassés .

Les alertes ont été nombreuses , les inactions ont augmenté les risques et sont une atteinte à l’humanité .

Les mouvements et initiatives des populations et des sociétés civiles  des zones touchées par les pollutions , le réchauffement climatique et la destruction  des équilibres naturels doivent contribuer aux changements  de valeurs et de comportements des sociétés et de s’adapter aux règles et algorithmes de la nature.

Dominique Maschino

Président de VigieWorld.

Plus forte hausse du CO2 ….

Une hausse de 2% du CO2 a été constatée par le groupe BP en 2018 mettant en évidence l’inefficacité des mesures anti-pollution face aux demandes croissantes en énergie dans le monde.

Selon les experts des Nations Unies seul un changement dans nos conditions de vie pourra stopper le réchauffement climatique .

 

Etat d’ Urgence ?

Un rapport des  Nations Unies  alerte sur la disparition progressive de la biodiversité touchant particulièrement les  insectes  pollinisateurs  acteurs à 75% de la croissance des végétaux nécessaires à notre alimentation. La pollution et le réchauffement du climat en étant les principaux responsables. Une pénurie alimentaire est envisagée notamment en Afrique et en Amérique du sud.

On nous annonce en même temps le doublement du nombre d’automobiles qui atteindrait 1 milliard de véhicules d’ici 2050 voire avant..

D’autre part les constructeurs automobiles se révoltent contre les mesures anti-diesel qui provoqueraient des millions de perte d’emploi..

Quelle synthèse ?

PLANÈTE, GILETS JAUNES et COP 24

 

Les conclusions du  GIEC ,  les constats scientifiques , les alertes de Nicolas Hulot , le vécu des populations  vont dans le même sens :  l’état de la planète se dégrade inexorablement .

Le développement de l’activité humaine et ses conséquences  en sont responsables .

Les effets visibles sont attribués à l’utilisation des énergies fossiles et aux rejets de nos consommations .

Nos modèles de société tournés vers le développement économique et l’aisance matérielle ont généré des progrès sociaux et technologiques qui peu à peu se sont réalisés en puisant dans les réserves  et capacités de la nature provoquant ainsi des déséquilibres incontrôlables.

Le seuil de non-retour est atteint.

Les gouvernances politiques en sont conscientes mais leur action se heurte aux mécanismes mondialisés des économies dont les moteurs sont financiers.

La dissuasion de l’utilisation des énergies fossiles apparait donc comme le moyen de faire régresser  au niveau  d’un pays les consommations responsables des troubles climatiques .

La taxation élevée des carburants semble donc une solution temporaire qui pourrait comme pour l’usage du tabac provoquer une baisse de consommation .    Il est normal que celle-ci soit perçue comme une atteinte financière  mais demeure une mesure dérisoire et partielle face à l’enjeu réel de la globalité et de l’urgence  de la situation.

Sachant que la population Française représente 1% de la population mondiale que son économie est au cinquième rang mondial on peut s’interroger sur l’impact de cette disposition solitaire qui n’est qu’un épisode .

La question fondamentale et universelle étant :  peut – on continuer à imposer un modèle économique qui détruit la planète ?  les transitions et les modifications lentes envisagées voire repoussées  ne répondent pas à cette question les gouvernances étant démunies d’autorité pour orienter ou infléchir les choix de croissance persistants.

L’appauvrissement des sols  et les déforestations s’amplifient , l’automobile thermique ou électrique est intouchable , les rentabilités sectorielles restent l’objectif ; agriculture , pêche ,énergies ,transports , biens de consommation…les écarts de niveau de vie et de salaires permettent des délocalisations qui génèrent des circuits dévastateurs et des dépendances insoupçonnées.

La disparition des contraintes intellectuelles et spirituelles  qui  favorisent cet état de fait , le décalage entre les zones industrialisées et développées et les régions défavorisées amplifient l’instabilité de nos systèmes.

Nous n’avons plus le temps de réfléchir à ces considérations , les propos tenus par les gouvernances sont dépassés , quand on se trompe de chemin,  il n’y a pas de honte à en chercher un autre. Nous avons déjà bien entamé la branche sur laquelle nous vivons et si à titre individuel ou collectif nous ne modifions pas nos usages et comportements,  nous aurons à subir un changement violent dans nos existences et dans celles de nos enfants .

 

                                                                                                             D.Y.M

 

 

 

 

Catastrophes Naturelles ?

Inondations, Incendies, Séismes, Sécheresses,Catastrophes Naturelles ?

La nature a ses règles , ses cycles , ses rythmes construits pendant des centaines de millions d’années avec des interdépendances , des interférences créatrices , protectrices ou destructrices .

Sols , sous sols, océans , fleuves , courants et climats, forêts et végétations , animaux et humains  obéissent à ces forces .

Depuis peu,  l’homme par son intelligence , son ambition et son besoin de pouvoir a mis en œuvre des systèmes ayant pour but d’exploiter intensivement les ressources de la planète sans en évaluer les conséquences.

Des équilibres ont été détruits,  certains irréversiblement,  ils menacent la façon de vivre de nombreuses populations et créent une instabilité incontrôlable.

Scientifiques et politiques le constatent et cherchent à en  limiter les effet .

Mais c’est aux causes qu’il faut s’attaquer et aux choix économico-socio-politiques dont le poids et l’enracinement empêchent toute adaptation salvatrice.

Il appartient donc à tous de s’engager dans la modération,  voire le changement profond de nos comportements , la nature aura toujours le dernier mot , vouloir l’éviter , la contrôler ou en modifier les lois est une atteinte à la vie.